Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

21/06/2010

LE PIC DE BORGNE

Nous n'étions que 4 courageux Traines Savates pour cette dernière sortie du dimanche de la saison.

Nous sommes allés dans le Gard, près du village des Plantiers, dans les Cévennes.

Le départ s'est fait au col du Pas, à 833 m d'altitude.

078.JPG
Un petit café et c'est parti!
Il fait très froid ce matin, un vent violent et glacial nous oblige à porter casquettes, pulls et vestes. Mais le soleil brille et c'est le principal! De toute façon, rien n'arrête les vaillants Traines Savates sur les chemins de randonnée!
Nous empruntons le GR 6-67 en direction de Bonperrier, il s'agit d'une draille à moutons et le sol est jonché de petites crottes, témoins d'un récent passage de troupeau.  Mais il y a aussi des fleurs, notamment de superbes digitales roses:
084.JPG
Mais également de magnifiques champignons!
085.JPG
Le premier que nous trouvons est un superbe cèpe de 500 gr!
087.JPG

Nous allons en trouver d'autres le long du GR au grand bonheur d'Alain et Hélène:

089.JPG
La balade continue
092.JPG
avec quelques passages rocheux
093.JPG
Nous quittons le GR pour une longue descente vers le village de Faveyrolle, dans une forêt majestueuse, la vue sur les monts cévenols
 est superbe:
097.JPG
Nous passons à proximité des ruines des Crémats
095.JPG
découvrons d'autres champignons
098.JPG
123.JPG
la descente se fait plus difficile puis le doux bruit de l'eau se fait entendre, nous passons sur un pont de pierre complétement caché par la végétation qui est vraiment luxuriante à ce niveau: nous venons de franchir la Borgne, un bouquet de bambous borde alors le chemin, c'est surprenant mais très joli:
105.JPG
106.JPG
 En arrivant sur le village,
nous sommes accueillis par des ânes qui nous regardent passer tranquillement
109.JPG
 une petite grimpette pour atteindre le coeur du village s'impose, nous prenons un peu de hauteur, ce qui nous permet de mieux appréhender le paysage qui nous entoure 
110.JPG
A Faveyrolle,  nous décidons de nous reposer un peu. C'est la pause "café-petits gâteaux", face aux superbes collines verdoyantes.
115.JPG
118.JPG
Ayant repris quelques forces, nous continuons notre périple par un tronçon de route heureusement assez court
121.JPG
nous passons le valat de Devesset puis sous le Mazel
126.JPG
Nous quittons la route pour emprunter un sentier bordé de bruyère en fleurs, qui serpente doucement
133.JPG
au dessus de la rivière et d'un canal
135.JPG
nous arrivons à Monteils
137.JPG
avec sa chapelle
139.JPG
sa tour du 15ème siècle à l'architecture fragile
142.JPG
et son vieux pont sur la Borgne.
146.JPG
Nous quittons doucement le village mais peu à peu la montée se fait plus difficile pour devenir carrément ardue. Le sentier étroit se faufile dans les fougères, les coeurs s'accélèrent, les mollets sont mis à rude épreuve. La vue se dégage sur les monts environnants:
160.JPG
Une courte mais sérieuse descente s'annonce ensuite et la surprise est au bout du chemin: nous nous trouvons tout à coup aux pieds de l'abbaye romane (12ème) de  St Marcel de Fontfouillouse, dans son écrin de verdure.
162.JPG
Nous visitons les lieux avec respect et admiration
173.JPG
170.JPG
166.JPG
Malgré la beauté du lieu, nous ne resterons pas très longtemps car l'endroit est très venté. Nous allons chercher un peu plus loin un lieu plus propice au repas de midi.
Nous montons donc le long d'une piste jusqu'au col de Tinquos puis nous nous installons près d'un pylone téléphonique où des rochers vont nous abriter pour le casse-croûte.
191.JPG
Elle est pas belle, la vie?
Après cet arrêt récupérateur, nous poursuivons notre périple cévenol en abandonnant le confort de la piste pour l'aventure d'un sentier en bord de crêtes.
194.JPG
Il nous faut grimper le Pic borgne (946 m), allez, courage! Et devinez quoi? On y est arrivé! youpi! et voici les conquérants enchantés de leurs efforts car la vue à 360 ° sur les Cévennes vaut le coup:
197.JPG
Nous continuons sur le sentier étroit et mal traçé..à mon grand désespoir, car les acrobaties dans les rochers, ce n'est pas mon fort! Alain me donne quelques leçons d'escalade et je m'en sors tranquillement!
Quelques égratignures tout de même avec le "bartassage" dans les ronciers!
Quand je pense que la piste est là, juste à côté, presque à nos pieds! la devise d'Alain, aujourd'hui:
"pourquoi faire simple (la piste et le GR 6A) quand on peut faire compliqué (le sentier à l'aplomb des rochers)!!!!!!
Sacré Alain, va!!!
199.JPG
214.JPG
Nous approchons d'un troupeau de brebis
207.JPG
qui nous regardent passer avec curiosité
210.JPG
et nous arrivons au col de l'Espinas , nous allons maintenant marcher sur le bitume le long de la D10 pour rejoindre nos voitures.
221.JPG
225.JPG
Soudain, une couleuvre nous barre le passage et Henri, n'écoutant que son courage, l'éloigne d'un coup de bâton de randonnée! ouf!
224.JPG
Voilà, la promenade s'achève...
185.JPG
Encore une superbe randonnée d'environ 18 km et 500 m de dénivelée, dont vous pouvez trouver un itinéraire équivalent mais un peu plus court sur le livre de la FFRP "Le Gard à pied": le PR n° 10.
206.JPG
BON ETE A TOUS ET A BIENTOT SUR LES SENTIERS!
227.JPG

11:47 Publié dans Sport | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : randonnée, gard

07/06/2010

LE CIRQUE DE LABEIL

Ce dimanche 6 juin, ce sont 8 courageux Traines Savates qui sont partis dans la forêt de l'Escandorgue et le cirque de Labeil, sur les hauteurs de Lodève pour une belle randonnée.

N'étant pas de la partie, je me permets de méler des photos personnelles de la balade aux photos qu'Yvan et Jean-Pierre ont eu la gentillesse de me faire parvenir.

Il s'agit du PR 8 édité par la communauté de communes du Lodévois, balisé en jaune et bleu, au départ de Lauroux.

PR8.JPG
Le soleil brille et la bonne humeur est déjà là:
Départ.JPG
Photo 2010SEMESTRE1 613.jpg
Du parking de l'église, il faut tout d'abord longer puis traverser le ruisseau du Laurounet par une jolie passerelle pour grimper ensuite à flanc de colline entre les murs de pierre, les vignes et les oliviers:
002.JPG
Peu à peu, on gravit les Baumes Rouges jusqu'aux ruines, on bifurque ensuite par un sentier en corniche en direction de Labeil.
"Rochers-gardiens" de la vallée:
003.JPG
jolies vues sur la vallée de Lauroux:
004.JPG
007.JPG
Petite pause pour admirer le paysage à loisir et se rafraichir un peu:
Il fait chaud (avant la pluie).JPG
On est au coeur du cirque de Labeil, en face, les falaises et l'Escandorgue:
005.JPG
Au loin, le petit village de Labeil, célèbre pour sa grotte (que je vous conseille de visiter):
006.JPG
le cheminement continue en forêt avec des passages assez impressionnants en bordure de rochers. On arrive ensuite au village, on passe près d'une source captée, on traverse la route pour rejoindre le sentier qui va grimper en pleine forêt domaniale de l'Escandorgue.
Une halte aux ruines de Roquet Escut s'impose avec son aire de pique-nique aménagée:
Panneau.JPG
Possibilité de voir de petites  grottes dans le coin dont l'une sert de refuge pour le repas à nos chers Traines Savates:
Abri pour manger.JPG
Photo 2010SEMESTRE1 614.jpg
Photo 2010SEMESTRE1 615.jpg
Photo 2010SEMESTRE1 616.jpg
Car la pluie s'est invitée à la balade et oblige nos randonneurs à se mettre un peu à l'abri.
D'ailleurs, mettre les capes de pluie n'est pas si facile que ça pour certains:
Il pleut....JPG
Tout un art!
Il pleu.JPG
Ici, la végétation est luxuriante, on se croirait presque dans une forêt tropicale. Le sentier continue et serpente entre les arbres.
Soudain, on se retrouve sur le plateau de l'Escandorgue et le paysage change. On est maintenant parmi les rochers dolomitiques et l'herbe rase parsemée de petites fleurs. La grosse boule verte façon "glace pistache" (relais hertzien) est tout près maintenant!
008.JPG
009.JPG
Puis c'est la descente vers Lauroux, tout d'abord sur un petit sentier jusqu'à hauteur d'une bergerie.
Au détour d'un buisson, surprise!
017.JPG
En face, on peut admirer les falaises que l'on a longé ce matin:
012.JPG
Puis le sentier se transforme en large piste et la descente continue tranquillement, on va contourner une colline et se diriger à nouveau vers Lauroux dans sa vallée:
011.JPG
Au niveau d'un ruisseau, on quitte la piste pour s'engager sur un joli sentier sauvage au creux d'une combe.
Et bientôt le village apparait ainsi que les cultures, notamment des vignes:
019.JPG
020.JPG
La balade de près de 20 km et 500 m de dénivelée se termine...
Si elle vous tente, vous pouvez vous procurer la fiche rando auprès de l'office de tourisme de Lodève. Voici le parcours:
Malgré la pluie, les Traines savates ont encore fait une belle randonnée, accompagnés par un chien
Photo 2010SEMESTRE1 617.jpg
puis deux!
On est suivi.JPG
Il parait même que pour une fois, personne n'a râlé, pour vous dire comme la rando doit être belle!
(il faut dire que je n'étais pas là...oui, j'avoue, j'ADORE  râler!)
Ah, oui, notez aussi qu'à Lauroux,  la vigne pousse sur les toits (ah, ah!):
025.JPG
A bientôt sur les sentiers!

11:42 Publié dans Sport | Lien permanent | Commentaires (2) | Tags : escandorgue

25/05/2010

le Saint Guiral

Ce 23 mai, 6 irréductibles Traines Savates ont résisté, encore et toujours, à la flemme du dimanche matin pour partir faire une magnifique randonnée dans le Gard, à l'assaut du pic St Guiral.

Nous sommes partis du joli village d'Aumessas (départ d'une autre randonnée que nous avons faite: le col de Mouzoules -voir article du 15 janvier 2008):

172.JPG
173.JPG
Nous allons suivre un balisage jaune assez incertain par endroits mais bien utile tout de même. Je vous conseille d'avoir un bon topo guide (voir avec l'office de tourisme d'Aumessas) et une carte IGN.
De l'ancienne gare, nous longeons le tracé de la voie ferrée.
174.JPG

Que nous quittons bien vite pour attaquer la montée au joli hameau de Vernes entouré de belles cascades

181.JPG
178.JPG
Nous prenons de la hauteur et nous pouvons admirer maintenant Aumessas et son superbe pont en contrebas:
180.JPG
Soudain, Yvan décide de boire et de tester son nouvel équipement: a-t-il un peu trop aspiré? je ne sais pas pas, en tout cas, un ressort a volé par 2 fois en l'air et il a fallu le rechercher parmi les petits cailloux du sentier. Heureusement, Arlette et ses yeux de lynx étaient là et le ressort fut retrouvé!
182.JPG
183.JPG
Nous voici bientôt à Vernes, départ de plusieurs balades:
186.JPG
Nous décidons de partir vers le hameau de St Georges, au nord, par une bonne montée dans la forêt
190.JPG
191.JPG
192.JPG
Après un bel effort et pas mal de sueur (même Alain! un scoop!) nous sommes finalement arrivés à hauteur des rochers de St Peyre; cela veut dire que nous sommes déjà à plus de 1000 m d'altitude!
193.JPG
Cela mérite bien une petite pause, non?
196.JPG
le temps de boire un petit thé ou un café et de voir de drôles de choses dans les rochers comme le mot "ail", par exemple:
197.JPG
(vous le voyez?)
ou le visage d'un homme avec un double menton:
198.JPG
puis c'est reparti pour la grimpette....
nous passons au milieu d'une lande de genêts odorants, la vue est ici magnifique. Nous pouvons admirer les rochers et le jaune des fleurs devant nous:
204.JPG
les collines sur la droite et une petite maison cachée derrière les arbres:
209.JPG
et la très belle vue sur la vallée derrière nous:
210.JPG
l'ascension continue dans les genêts en fleurs:
212.JPG
223.JPG
Alain et Yvan prennent le temps d'admirer le paysage:
225.JPG
nous montons, nous montons...
229.JPG
jusqu'à:
226.JPG
d'ici la vue est superbe:
230.JPG
nous sommes maintenant en terrain plat et nous pouvons reprendre un peu notre souffle; nous traversons une magnifique hétraie:
227.JPG
petit à petit, nous bifurquons vers l'ouest afin de nous diriger vers le St Guiral que nous devinons, à un moment, entre les arbres:
236.JPG
Encore une belle montée pour l'atteindre, mais ce n'est qu'arrivés à ses pieds que nous pouvons admirer le fameux pic de St Guiral dans toute sa splendeur:
238.JPG
Voici sa légende (merci Wikipédia!):

Au temps des croisades, trois jeunes chevaliers, que certains auteurs disent de la famille de Roquefeuil: Guiral (c'est-à-dire Géraud), Loup et Alban, étaient également épris de la belle Irène, fille du seigneur de Rogues (village du causse de Blandas). Pour les départager, celle-ci leur fit promettre de partir combattre en terre sainte : celui des chevaliers qui aurait fait montre de la plus grande prouesse deviendrait son époux.

Les années passèrent et, lorsque les trois chevaliers revinrent forts de leurs exploits glorieux et pleins d'expérience et de sagesse, la belle venait juste de mourir. Un troubadour qui passait au château de Rogues lui avait en effet appris la fausse nouvelle de leur mort : Irène n'avait pu supporter un tel chagrin.

Que dire alors de celui des trois preux ? Pour conjurer leur peine, ils résolurent de donner leur vie à Dieu en se faisant ermites. Loup monta sur le pic Saint Loup, à l'entrée de Montpellier; Alban sur mont Saint Alban, à proximité de Nant (Aveyron); Guiral sur le rocher de Saint Guiral. Chaque lundi de Pentecôte, les trois frères allumaient de grands feux au sommet de leurs promontoires naturels : ainsi, de loin en loin, ils pouvaient s'assurer de la survie de chacun. Les feux s'éteignirent l'un après l'autre et Guiral mourut le dernier.

Depuis cette époque, tous les lundis de Pentecôte, les paroissiens d'Arrigas, Alzon, Dourbies, Sauclières et Saint-Jean-du-Bruel se rendent en pèlerinage au pied du rocher pour y entendre la messe. Les paroissiens d'Arrigas s'y rendaient autrefois à pied, en montant à travers la montagne, par le col du Villaret, puis en suivant la crête jusqu'au col des tempêtes, via Saint Guiral (4 à 5 heures de marche). Après l'office les bergers cueillent des renoncules, à proximité du tombeau de Saint Guiral (en fait, un dolmen) : suspendues dans les bergeries, elles sont censées protéger les troupeaux.

Effectivement, nous sommes le week end de la Pentecôte et il y a beaucoup de monde sur le site. Nous décidons de tout de même manger ici, un peu à l'écart, à l'abri du rocher.
Après cette pause réconfortante, petite montée au sommet du rocher pour les plus courageux:
239.JPG
De là haut: vue sur l'orage qui gronde au loin:
242.JPG
la croix et les gens, là, en bas:
245.JPG
les garçons tentent de se situer un peu:
243.JPG
tandis que je photographie le paysage:
244.JPG
Bon, d'après mes calculs: départ d'Aumessas à 460m d'altitude et arrivée au St Guiral culminant à 1366m: cela fait pas moins de 906 m de dénivelée!
Bravo, les Traines savates, encore un record!
A partir de là, nous n'allons faire que de la descente par des pistes forestières très agréables. Nous avons traversé quelques ruisseaux:
255.JPG
trouvé que qui semble être une petite pipe de gnome des forêts:
259.JPG
Jean-Pierre fait le ménage de temps en temps:
256.JPG
ou bien nous arrose en lançant des pierres dans l'eau...
252.JPG
les Traines Savates s'amusent bien!
Passage au col des Tempêtes et au hameau de Bonnels 
261.JPG
et sa jolie fontaine:
262.JPG
(n'est pas Jean-Pierre?)
le ciel se charge de nuages lourds, l'orage gronde mais l'optimisme-météo d'Alain nous fait continuer tranquillement.
c'est cependant sous les gouttes que nous traversons le village de Peyraube...
certains avaient pris la précaution d'emporter leurs capes de pluie mais pas tous!
264.JPG
ah, là, là!
266.JPG
270.JPG
heureusement, l'orage passe vite et de toute façon, nous arrivons en vue d'Aumessas, ouf!
 
273.JPG
nous descendons rejoindre nos voitures qui nous attendent sagement au village
274.JPG
la journée de marche s'achève doucement après ce périple de 26 km (et 906 m de dénivelée, ne l'oublions pas!)
Voici le parcours (encore merci, Yvan!)
Sur ce, je vous laisse et vous souhaite de bonnes balades, à bientôt sur les sentiers!

11:40 Publié dans Sport | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : légende, pic